Interview d’un passionné de Javascript : le Web de demain, HTML5, CSS3, jQuery…

Aujourd’hui je vous propose un article pas comme un autre. En effet, je suis allé interviewer un certain Golmote, fidèle membre du Site du Zéro et très orienté développement Web côté client. Je me suis permis de lui poser quelques questions que vous laisse découvrir !

Afin de bien te connaître, une petite présentation de toi s’impose

Eh bien je me pseudonomme Golmote, j’ai 21 ans, actuellement développeur PHP et intégrateur web à Bordeaux. Mes passions sont la musique, les voyages et… l’informatique.

De ton point de vue, est-ce que le Javascript est devenu incontournable dans le Web d’aujourd’hui ?

Evidemment. Il est difficile d’imaginer aujourd’hui un site Web dépourvu de Javascript. L’amélioration de l’expérience utilisateur apportée par le Javascript est un atout : interfaces plus ergonomiques, applications plus rapides, compatibilité mobile, etc.

Néanmoins, il est important de garder à l’esprit que certains dispositifs ne sont pas en mesure d’interpréter le Javascript. Aussi, l’accès aux contenus clés d’un site devrait toujours pouvoir se faire sans Javascript.

Quelle est ta position par rapport à l’émergence des framewoks Javascript tels que jQuery ? Est-ce un véritable moteur dans la conception ou au contraire un frein sur la connaissance du Javascript même ?

Les frameworks sont d’excellents outils qui permettent un gain de temps considérable lors du développement d’un site Web. Il convient cependant de les utiliser avec parcimonie. Certaines réalisations ne nécessitent pas forcément l’utilisation d’un framework complet ! Il est parfois judicieux de regarder du côté des micro-librairies pour trouver l’outil réellement adapté au projet (Microjs entre autre).

Par exemple, utiliser jQuery uniquement pour son sélecteur compatible CSS3 (à savoir Sizzle), c’est tuer une mouche avec un tank… Il est bien plus approprié d’utiliser directement Sizzle sans s’encombrer du reste.

A mes yeux, l’utilisation d’un framework nécessite la connaissance du langage, même si les débutants ont parfois tendance à l’oublier. Se lancer tête baissée dans l’utilisation d’un framework comme jQuery sans la moindre notion de Javascript conduit rapidement à des catastrophes ; la plus flagrante étant souvent la perte de performance, due à une mauvaise compréhension et utilisation de l’outil.

Par rapport au Web de demain et des prochains standards HTML5 et CSS3, penses-tu que le Javascript sera de plus en plus dénigré pour laisser place aux nouvelles possibilités ?

Non, bien loin de là ! Le Javascript a encore de longues années devant lui. Le changement auquel on assiste actuellement se situe plus au niveau de l’utilisation qu’on fait du Javascript.

Le CSS3 offre son lot de nouvelles possibilités : transitions, animations, transformations (dont 3D), prochainement peut-être l’application de filtres (Filter Effects 1.0), voire même l’utilisation des shaders.

L’HTML5 nous apporte les vidéos et l’audio utilisables sans plugin, les canvas et de nombreuses balises de sémantique. Par ailleurs, le Javascript reste essentiel pour tirer pleinement partie des trois premiers.

Côté Javascript, il faut noter l’arrivée de nombreuses APIs : la géolocalisation, la 3D avec WebGL, les notifications web, la manipulation audio, le drag’n’drop natif, les bases de données locales, la manipulation des fichiers, etc. Sans oublier le projet WebAPI de Mozilla qui offre des possibilités inestimables pour les applications : fonctionnalités téléphoniques, SMS, vibration, carnet d’adresses, appareil photo, batterie…

Le Javascript n’a pas été laissé en marge ! Même si, à l’heure actuelle, ces nouveautés sont encore pour beaucoup à l’état expérimental, on peut imaginer que l’utilisation du Javascript s’orientera rapidement sur toutes ces nouvelles possibilités de contrôle et d’interactions, laissant au CSS le soin d’animer les slideshows.

Le mot de la fin

Le Javascript connaît un regain de popularité qui le pousse vers de nouveaux horizons. Ces derniers temps ont été riches en nouveautés et le langage lui-même évolue (EcmaScript 5, EcmaScript 6 (Harmony)). On ne peut que souhaiter au Javascript de poursuivre sur sa lancée et espérer que les navigateurs s’accordent sur les spécifications. Il ne restera plus qu’à se débarasser des vieilles versions d’Internet Explorer.

Un grand merci à Golmote de s’être pris au jeu ! ;)

Vous aimerez aussi...